Les deux aveugles voleurs d'arachides (Conte malien)

C'était durant une année de famine. Deux aveugles, on ne sait comment, découvrirent le grenier d'un cultivateur connu pour être dur envers ses semblables. Chaque nuit, ils allaient puiser dans le stock et croquer environ deux kilos d'arachides. Ils prenaient plaisir, en même temps, à lancer des injures à l'intention du propriétaire absent :

" Ce méchant homme n'a que ce qu'il mérite", concluaient-ils.

Ayant constaté qu'il était victime de vols répétés, le paysan guetta un soir les malfaiteurs mystérieux qui ne tardèrent pas à venir, se guidant de leur long bâton.

Silencieusement, les deux aveugles s'assirent contre les pilotis du greniers. Ainsi plaçés, ils avaient le fond du silo à hauteur de leurs têtes. Ils se mirent à faire sortir les arachides par un trou pratiqué dans la paroi de pisé, pendant que le cultivateur les observait.

Marchant alors sur la pointe des pieds, ce dernier s'arrêta derrière un des aveugles et, délicatement il passa la main, un bref instant, sur une joue du voleur. Aussitôt, celui-ci, surpris, cessa de croquer des arachides. Son camarade s'inquiéta.

- Je ne t'entends plus; pourquoi t'es-tu arrêté de manger ?

- Une main m'a caressé le visage; était-ce la tienne ?

- Non, absolument pas...

Un brusque froid saisit les deux compères. Reprenant leurs bâtons en tremblant, ils se levèrent et décampèrent au plus vite, pendant que le cultivateur se moquait d'eux en riant.

A chaque méfait adaptée,

Au malfaiteur proportionnée :

Voilà bien la définition

D'une correcte punition.

 

_ _ _ _ _ _ _

Source : " Contes populaires du Mali, Livre 2", de Mamby Sidibé - Editions Présence africaine